Tourisme dans le Tarn

 

Le Tarn présente une grande variété de paysages et propose de nombreuses activités. À la suite de la vidéo ci-dessous, nous présentons quelques uns des sites importants à proximité de la Ferme.


Le Tarn, multiple et magique

Pour aller plus loin, consultez le Comité Départemental du Tourisme du Tarn.

Forêt domaniale de Grésigne

Forêt de la Grésigne : Sentier de la Baronne
Forêt de la Grésigne : le sentier de la Baronne

La prépondérance des chênes (60 % du peuplement en chêne rouvre, 15 % en chêne pédonculé) fait de la Grésigne la plus vaste chênaie rouvre du midi de la France.

arbre_bio-diversite
Le triangle bleu signalant l’habitat du taupin violacé

Elle abrite une faune riche en cervidés (cerfs, chevreuils), sangliers, petits mammifères carnassiers (fouines, martres, genettes, chats sauvages), ainsi que plus d’une centaine d’espèces d’oiseaux nicheurs (aigle botté, palombe, faucon crécerelle, chouette effraie, chouette hulotte, hibou grand-duc, bergeronnette des ruisseaux, fauvette à tête noire, mésange nonnette…). Elle est la troisième forêt Européenne en nombre de coléoptères (2380 espèces de coléoptères inventoriées), derrière la forêt de Fontainebleau, et la réserve de Białowieża (Pologne & Biélorussie).

 

Par exemple, le taupin violacé (un coléoptère de couleur noire avec des reflets violets) « est un insecte peu répandu qui vit dans des cavités au pied des arbres, explique Eric Bourdilleau, responsable de l’ONF, on ne le trouve qu’ici. Cette forêt de 3500 hectares d’un seul tenant existe depuis l’âge glaciaire et n’a pas connu de grands bouleversements, c’est ce qui a permis l’installation d’une bio diversité reconnue par les scientifiques depuis plus de 50 ans. La Grésigne est une forêt semi-sauvage, l’une des plus riches en Europe pour sa biodiversité » (plus d’infos sur ladepeche.fr). Au cours de vos balades, ne ratez pas les arbres abritant le taupin violacé, ils sont marqués par un triangle bleu.


Vaour : la commanderie des Templiers

La forêt est occupée et utilisée depuis longtemps (l’oppidum Saint-Clément le montre). Colbert en tirait les mâts de chêne pour la marine royale.
Le milieu du XVIIIe siècle a vu une déforestation intensive de la région, qui inquiétait les habitants et l’administration départementale.
Enfin, la forêt de Grésigne abritait un maquis pendant l’occupation allemande lors de la Seconde Guerre mondiale. Ce maquis international, commandé par Karl Matiszyk, était constitué de résistants essentiellement polonais et espagnols.


Penne du Tarn

La forêt de Grésigne est entourée de villages remarquables. Outre Cordes-sur-Ciel et Castelnau-de-Montmiral, bastides médiévales (voir ci-dessous), on peut citer :

grotte de Mayrière supérieure, Bruniquel
Bisons, grotte de Mayrière supérieure, Bruniquel
  • Vaour, sa Commanderie templière et son Dolmen de Peyrelade, le plus grand du département.
  • Penne, village médiéval construit sur un éperon rocheux, avec une église du XIIIe siècle intégrée aux remparts, et son château-fort dominant la vallée de l’Aveyron.
  • Bruniquel, ses châteaux et ses grottes, dont l’une témoigne de la fréquentation du milieu souterrain profond considéré comme le plus ancien au monde, et une autre est ornée de deux peintures de bisons probablement antérieures au Magdalénien.
  • Puycelsi, au origines Celtes, qui a conservé ses remparts du XIVe siècle, son château des capitaines-gouverneurs du XVe siècle et de nombreuses maisons des XVe et XVIe siècles.


Puycelsi

Les bastides médiévales

Castelnau de Montmiral
Castelnau de Montmiral

Cordes-sur-Ciel ou Castelnau de Montmiral sont deux bastides médiévales proches de la Ferme. Construites au XIIème siècle par le comte Raymond VII de Toulouse, hauts lieux du catharisme, ces deux cités médiévales adaptent leurs ruelles et leurs maisons séculaires à un relief escarpé.
Cordes-sur-Ciel est un site touristique fréquenté, Grand site de Midi-Pyrénées, elle est une étape du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle et est considérée comme un des plus beaux villages de France.


Cordes-sur-Ciel

Au sujet de Castelnau de Montmiral, Simone de Beauvoir écrivait : « Sartre préférait les pierres aux arbres ; mes plans tenaient compte de ses goûts. Tantôt marchant, tantôt prenant des cars nous visitâmes des villes et des villages, des abbayes, des châteaux. Un soir, un petit autobus cahotant et bondé nous amena à Castelnau de Montmiral ; il pleuvait ; en descendant sur la place entourée d’arcades, Sartre me dit abruptement qu’il en avait assez d’être fou. »


Castelnau-de-Montmiral

Base de Loisirs Vère-Grésigne
Base de Loisirs Vère-Grésigne

Au pied de Castelnau de Montmiral, et à quelques kilomètres de la Ferme, la Base de Loisirs de Vère-Grésigne vous attend avec un site de 20 hectares aménagés. Diverses activités sont proposées : baignade surveillée et toboggan aquatique, pédalo, canoë, kayak, tennis, mini-golf, parcours d’orientation, pêche, et bien-sûr, détente et farniente à l’ombre ou au soleil.
La base de loisirs est ouverte pendant les mois de juillet et août, avec son Snack-bar qui vous proposera quelques rafraîchissements. Toutefois, une aire de pique-nique avec barbecues, deux terrains de volley-ball, un terrain de foot-ball, des aires de pétanque, et les jeux pour enfants sont accessibles gratuitement toute l’année.

Le vignoble Gaillacois

Vignoble aux multiples facettes, Le gaillac (vignoble aux 7 vins) propose des vins rouge, primeur, rosé, blanc sec, perlé, doux, mousseux. La surface de production représente 3923 hectares.

Selon le slogan de la commission interprofessionnelle des vins de Gaillac, « les vins d’avenir ont toujours un passé ». L’histoire du vin de Gaillac est multi-millénaire ; il doit probablement sa création aux Gaulois, avant l’arrivée des Romains et son développement aux moines de l’abbaye Saint-Michel de Gaillac. Roger Dion et Marcel Lachiver, historiens du vin, considèrent tous deux, qu’avec celui de Côte-rôtie « Gaillac est le plus ancien vignoble de France ». La réputation de ses vins blancs lui vaut un classement en AOC en 1938. Celle des rosés et rouges est acquise en 1970.

Château Musée du Cayla
Château Musée du Cayla

Dans le vignoble de Gaillac, le Château musée du Cayla est une maison d’écrivain au cœur d’un domaine classé.

Maurice de Guérin (1810-1839), prosateur et poète, est l’auteur du Centaure et de La Bacchante. Son journal, le Cahier vert, et sa correspondance avec Barbey d’Aurevilly traduisent ses interrogations d’homme et d’écrivain.
Sa sœur Eugénie (1805-1848) rédige à son intention un journal qui constitue avec sa correspondance un document de premier ordre pour connaître la vie tarnaise au XIXe siècle.
Le bâtiment a été transformé en château-musée où des expositions temporaires et des ateliers autour du patrimoine littéraire et de la création contemporaine ont lieu chaque année.


Gaillac, Bastides et vignoble

Albi

Albi
Albi

La ville d’Albi est remarquable par son impressionnante cathédrale fortifiée Sainte-Cécile et son palais de la Berbie, ancien palais des archevêques d’Albi, qui dominent le centre-ville historique et la rivière.
Le musée Henri de Toulouse-Lautrec (Albi est sa ville natale) regroupant la plus importante collection au monde d’œuvres du peintre postimpressionniste. Enfin, Albi est surtout un haut-lieu historique dont le nom a été donné aux adeptes du catharisme, les Albigeois, qui subirent une répression violente au XIIIe siècle de la part de l’Église catholique romaine connue sous le nom de Croisade des Albigeois. La cathédrale Sainte-Cécile fut édifiée par les catholiques pour lutter contre l’hérésie cathare.

Le samedi 31 juillet 2010, à Brasilia, la Cité épiscopale d’Albi est ajoutée à la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO. Elle comprend dans son périmètre la cathédrale Sainte-Cécile, église fortifiée en briques ocre apparentes construite entre 1282 et 1480, le palais de la Berbie, qui abrite le musée Toulouse-Lautrec, l’église Saint-Salvi et son cloître, les rives du Tarn et le pont Vieux ainsi que plusieurs édifices classés monuments historiques.

Quelques guides pratiques à consulter :